Les Pensées

« Dans la société actuelle où la religion est bien souvent considérée comme un acte de l'imagination ne reposant sur aucun fondement rationnel, menant au mieux au fanatisme, au pire à l'extermination des infidèles, ce texte a tout du brûlot propre à enflammer les passions... »

Téléchargements

Texte mis à disposition par : Wikisource

Durée de lecture 

5h05

Table des matières

I. Contre l'Indifférence des Athées.

II. Marques de la véritable Religion

III. Véritable Religion prouvée par les contrariétés qui sont dans l'homme & par le péché origine

IV. Il n'est pas incroyable que Dieu s'unisse à nous

V. Soumission, et usage de la raison

VI. Foi sans raisonnement

VII. Qu'il est plus avantageux de croire que de ne pas croire ce qu'enseigne la Religion Chrétienne

VIII. Image d'un homme qui s'est lassé de chercher Dieu par le seul raisonnement, et qui commence à lire l'Écriture

IX. Injustice, et corruption de l'homme

X. Juifs

XI. Moïse

XII. Figures

XIII. Que la Loi était figurative

XIV. JÉSUS-CHRIST

XV. Preuves de JÉSUS-CHRIST par les prophéties

XVI. Diverses preuves de JÉSUS-CHRIST

XVII. Contre Mahomet

XVIII. Dessein de Dieu de se cacher aux uns, et de se découvrir aux autres

XIX. Que les vrais Chrétiens et les vrais Juifs n'ont qu'une même Religion

XX. On ne connaît Dieu utilement que par Jésus-Christ

XXI. Contrariétés étonnantes qui se trouvent dans la nature de l'homme à l'égard de la vérité, du bonheur, et de plusieurs autres choses

XXII. Connaissance générale de l'homme

XXIII. Grandeur de l'homme

XXIV. Vanité de l'homme

XXV. Faiblesse de l'homme

XVI. Misère de l'homme

XXVII. Pensées sur les miracles

XXVIII. Pensées Chrétiennes

XIX. Pensées Morales

XXX. Pensées sur la mort, qui ont été extraites d'une lettre écrite par Monsieur Pascal sur le sujet de la mort de Monsieur son Père

XXXI. Pensées diverses

XXXII. Prière pour demander à Dieu le bon usage des maladies

En savoir plus

Des « Pensées » de Pascal nous n'en connaissons souvent que des bribes : quelques citations : « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. », quelques notions à propos du paris et puis pour le reste, une vague idée peut-être... Ces « Pensées » nous apparaissent comme partie intégrante du patrimoine français, un peu comme la Joconde au Louvre, un ouvrage plus souvent fantasmé que fréquenté.

Il s'agit pourtant d'un texte on ne peut plus engagé dans la défense et l'affirmation de la religion catholique. Pascal s'attaque à tous les détracteurs, utilisant ici les arguments de la raison et là des appels au mysticisme le plus consommé. Il s'agit de convaincre, de convertir et l'auteur lance dans cette bataille toutes ses armes.

Dans la société actuelle où la religion est bien souvent considérée comme un acte de l'imagination ne reposant sur aucun fondement rationnel, menant au mieux au fanatisme, au pire à l'extermination des infidèles, ce texte a tout du brûlot propre à enflammer les passions.

Au-delà du caractère polémique de l'ouvrage, Pascal nous livre une vision de ce qu'était la religion catholique de son époque : la grandeur et la misère de la condition humaine qu'elle supposait, la vie terrestre entendue comme une parenthèse odieuse en attendant la mort libératrice. On y découvre également des pages magnifiques où il faut bien toute la finesse et la perspicacité de Pascal pour mettre au jour des traits de caractère qui traversent les époques.

Et pour finir il convient de rappeler au lecteur qu'il ne s'agit pas d'une œuvre achevée par l'auteur mais d'un ensemble de notes plus ou moins organisées retrouvées après sa mort. Plusieurs éditions se sont succédées composant le volume de différentes façon, nous vous proposons ici l'édition de Port-Royale de 1670.