Le gai savoir (tome 1)

« Dans une langue baroque et sauvage, un peu obscure parfois mais traversée par des formules qui vous marquent au fer rouge pour le restant de votre existence Nietzsche nous conduit le long de ses pensées vagabondes... »

Téléchargements

Texte mis à disposition par : Les Échos du Maquis

Durée de lecture 

3h28

En savoir plus

Construit, comme à son habitude, sous forme de courtes pensées ou de plus longs discours. Passant d'une idée à l'autre. Tour à tour emporté, irrévérencieux, révolutionnaire, misogyne, sentimental, vindicatif. Nietzsche nous parle de nous.

Il explore ainsi sans détours nos bassesses, nos préjugés, nos grandeurs et nos misères. Sa plume nous place face à nos contradictions, refusant systématiquement de nous conduire vers les reposants rivages de la certitude.

L'auteur emprunte les chemins de traverses, laissant aux autres philosophes les sentiers laborieux de la pensée logique qui évolue pas à pas. Lui, il bondit, traversant sans un regard les gouffres. Passant sans transition de la morale à la critique de l'idée de volonté ; d'analyses minutieuses, à des remarques rien moins que frivoles.

Le Gai savoir est un ouvrage pour les cancres ! C'est-à-dire pour ces êtres incapables de se soumettre à une méthode rigoureuse imposée par le maître et qui picorent ça et là des bribes de savoirs. Indifférents aux liens qui devraient relier les idées les unes aux autres. Ainsi nous découvrons un ouvrage qui se refuse à l'archétype du premier de la classe, laborieux et méthodique, qui attend qu'on lui tienne la main tout au long du chemin.

Au long de ces pages l'on doit se perdre nécessairement, s'ennuyer parfois et soudain comprendre sans savoir pourquoi quelque chose qui semblait dormir en nous et qui, traversé par le tumulte de la pensée nietzschéenne, s'éveille et nous apparaît en pleine lumière.